Faire l’histoire de la Guerre 1914-1918 par l’image

La Première Guerre mondiale est le premier conflit à avoir produit des images en abondance. Aux photographies prises par les soldats équipés des premiers appareils portatifs et maniables, s’ajoutent celles, professionnelles et officielles, qui sont largement diffusées auprès du public. En effet, à une époque où la télévision n’existe pas et où le cinéma est encore muet, la propagande s’empare de ces clichés pour en faire des moyens de communication efficaces. Ce sont : 

  

Les photographies

Saisir "Guerre 1914-1918" et "Photographie" dans le moteur de recherche du site
Au moment où la guerre éclate, la photographie est encore le meilleur moyen de saisir la réalité. Pendant toute sa durée, un nombre considérable de clichés sont pris par des photographes professionnels ou de simples soldats partis avec leur propre matériel. Les Archives de la Vendée conservent plusieurs fonds particuliers, dont un consacré à Georges Clemenceau. Les autres fonds sont listés dans la page consacrée aux archives personnelles et familiales. Une collection de portraits de poilus et une sélection d'objets et de documents illustrent le dictionnaire des Vendéens. 

Certaines images peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes, ainsi que des personnes non averties. 

  

Les cartes postales

La carte postale est un moyen simple et populaire de s’écrire, et donc un des reflets les plus familiers et les plus diffusés de la guerre. C’est aussi un mode de tirage des photographies prises par des particuliers, sans recours forcé à un éditeur. Son rôle de support d’image en a fait à la fois un enjeu de censure et de propagande. L’opération de collecte à laquelle les Archives de la Vendée ont participé a permis d’en numériser plusieurs milliers. Ces cartes postales numérisées sont présentées par thèmes. 

A voir notamment sur la mobilisation et les premiers mois de guerre, la collection intitulée " La Guerre européenne de 1914 - Nantes" éditée par Artaud-Nozais à Nantes d'août à novembre 1914 (1 Num 381/1418-1). 

  

Caricature recopiée par Émile Brethé (176J51) 

Les dessins et les caricatures

  • Edmond Bocquier (1881-1948), érudit vendéen, a soigneusement découpé pendant la guerre une collection de dessins de presse qui permettent d’appréhender la façon dont les contemporains ont compris le monde en guerre dans lequel ils vivaient. Voir les coupures de presse
  • Émile Brethé (1903-1997), érudit vendéen, a recopié enfant une vingtaine de caricatures qui illustrent le regard d’un enfant sur la guerre. Voir les dessins

  

Les ouvrages illustrés pour la jeunesse

Voir notamment Maman la soupe et son chat Ratu de Marcel Mültzer (1 Num1/93-3) et Le Paradis Tricolore, petites villes et villages de l'Alsace déjà délivrée... de l'Oncle Hansi ( 1 Num 1/145-10), ainsi que les ouvrages non numérisés qui suivent : Flambeau, chien de guerre de Benjamin Rabier (BIB RES 808/2), d'autres albums de l’Oncle Hansi (BIB 5 G 845-847), le Journal de la guerre 1914-1918 dessiné par l'enfant Yves Congar (BIB B 1253) et Moi, Marie Rocher, écolière en guerre : dessins d'enfants, 1914-1919 de Didier Guyvarc'h (BIB B 4976). 

  

La presse illustrée

La presse illustrée de l'époque propose une variété d'images sans équivalent : voir notamment L’Illustration (BIB PD 18),  Le Miroir (BIB PD 19), Panorama de la guerre 1914-1919 (BIB D 781), Le Pays de France (BIB PD 330). Les collections qu'en possèdent les Archives de la Vendée ne sont pas en ligne sur ce site, mais on est susceptible de les retrouver ailleurs, notamment sur Gallica

Retour en haut de page