Un Vendéen à Constantinople

Né à Chavagnes-en-Paillers, Donatien Vigneron est un jeune homme aux origines modestes, un instituteur profondément croyant, pétri d’humanisme et que la vie, trop courte, a mené sous d’autres latitudes, bien loin de sa Vendée natale. 

Mobilisé en 1920 dans l’Armée Française d’Orient, il rejoint Constantinople dans un après-guerre qui voit mourir les grands empires. Libéré de ses obligations militaires, il reste sur les rives du Bosphore jusqu’en 1924, y enseignant la littérature. 

Suivant les traces des auteurs romantiques et orientalistes tels Pierre Loti ou Claude Farrère, Donatien Vigneron met à profit ses moindres instants et ses grandes qualités d’écriture pour rédiger son journal intime et plusieurs poèmes, tous restés inédits depuis lors et ici sortis de l’oubli. Sous sa plume, l’on part à la découverte de la cité levantine, de ses senteurs et de ses couleurs. 

C'est son témoignage intime, aussi lumineux et émouvant que fut brève la vie de cet instituteur-écrivain vendéen, que le Centre vendéen de recherches historiques vous propose de découvrir à travers l'une de ses dernières publications, portée par Jean-Louis Martinetti, petit-neveu de Donatien Vigneron. 

  

Pour en savoir plus :  www.histoire-vendee.com 

Date de publication : 24 juillet 2020

Retour en haut de page