Cantiques, motets, messes et cantates : 600 partitions religieuses entrent aux Archives de la Vendée

Partitions de Fernand de la Tombelle 

Un bel ensemble de partitions provenant de l’ancienne Librairie Saint-Joseph, à Saint-Laurent-sur-Sèvre, vient d’intégrer les fonds des Archives départementales. Fermée en 1984, cette maison d’édition spécialisée en musique religieuse notée connut une renommée internationale. Son histoire et celle de ses fondateurs, la famille Biton, s’inscrivent dans l’histoire religieuse de leur temps et dans celle de Saint-Laurent-sur-Sèvre. 

  

Genèse de la Librairie Saint-Joseph et de la maison d’édition Biton

En 1846, Louis-Théonas Biton (1816-1868) ouvre à Saint-Laurent un magasin de livres religieux et d’objets de piété. Son fils Louis-Joseph (1860-1920) lui succède et adjoint à ses fonctions de libraire celle d’éditeur dans les années 1880. La maison prend de l’ampleur avec la béatification de Louis-Marie Grignion de Montfort en 1888. Sont édités entre autres des images pieuses sur Montfort, des cartes postales de Saint-Laurent (voir par exemple,  6 Fi 943, vue 4) ainsi que des livres religieux d’intérêt régional (les Archives conservent l’ouvrage de l’abbé Fillaudeau sur Pierre Bibard de La Tessoualle, publié en 1896, coté BIB 4437). La famille Biton est très impliquée dans la vie de Saint-Laurent-sur-Sèvre (consulter à ce sujet le fonds Plouvier, coté 1 Num 9/2). Louis-Théonas y exerce les fonctions de maire de 1852 à 1868. Louis-Joseph, également engagé dans la vie communale (il sera conseiller municipal puis adjoint au maire), s’investit aussi largement dans la vie paroissiale. Organiste aux offices, il fonde en 1889 la maîtrise Montfort, qui sera considérée comme l’une des deux meilleures de Vendée avec celle des Sables-d’Olonne et perdurera jusqu’en 1970. 

  

L’édition de musique sacrée

Louis-Joseph Biton

Portrait de Louis-Joseph Biton (illustration de la bibliothèque historique, BIB 7381

Un événement va modifier la production de la maison d’édition. Le 22 novembre 1903, le pape Pie X promulgue un motu proprio, qui encourage et réglemente l’usage du chant liturgique. Louis-Joseph répond à l’appel et se lance dans l’édition de musique sacrée et de chants grégoriens. Il est soutenu en cela par le R.P. Lhoumeau, supérieur général des Montfortains de 1903 à 1919, lui-même musicologue réputé (dix-sept pièces de ce dernier sont conservées dans le fonds, BIB 13 G 4). Plusieurs ouvrages sont édités pour démocratiser la pratique du plain-chant, tel que les Principes d’exécution du chant grégorien (BIB 13 G 1). Le latin étant la langue universelle de l’Église, ces livres sont expédiés aux quatre coins du monde. L’action de Louis-Joseph est récompensée par le pape Pie X, qui lui accorde une bénédiction apostolique spéciale le 27 décembre 1908. 

A la mort de Louis-Joseph, c’est sa veuve, Alix, née Coinet, qui reprend le flambeau. Elle publie, à partir de 1927, un Manuel pratique de chants liturgiques, en chant grégorien et musique moderne, à l’usage des paroisses et des collèges, sous la direction de l’abbé Joseph Besnier (un exemplaire de la 10e éd. est conservé aux Archives sous la cote BIB 8 G 111). Le « Besnier » sera réédité jusque dans les années 1960. Est également publié un Livre des accompagnements pour orgue ou harmonium (on trouve dans le fonds des exemplaires des 4e, 7e et 8e éd., BIB 13 G 2). 

  

La collection de musique notée

Plus de 200 œuvres sortent des éditions Biton. Beaucoup paraissent dans la collection de prestige Selecta opera. L'artiste et architecte Maurice Laurentin a quant à lui illustré la première de couverture de certains livrets. Louis-Joseph Biton fut l’ami des grands compositeurs de musique religieuse de son temps : Fernand de la Tombelle, le père Anthonin Lhoumeau, les abbés Louis et Constant Boyer, Oscar Van Durme, Léon Saint-Requier,… Au total, les œuvres de 65 compositeurs forment le catalogue de la maison Biton. 

  

Ite missa est

A la mort d’Alix Biton, la librairie est reprise par son gendre, Joseph Lemoine, puis par la fille de ce dernier, Madeleine et son mari André Plouvier. Le renouveau liturgique voulu par le pape Jean XXIII lors du concile Vatican II (1962-1965) et les changements qui en ont découlé (fin du latin, abandon du chant grégorien) ont sans doute eu une incidence sur la pérennité de la maison d’édition. La librairie ferme ses portes en 1984. 

  

La collection conservée aux Archives de la Vendée sous la cote BIB 13 G comprend deux manuels et six cents partitions qui déclinent les œuvres de différentes manières : chaque opus peut être publié sous plusieurs "formats" (par exemple, un feuillet de chant, un livret moyen format et un grand format), pour différents registres de voix (soprani et alti, ténors...) et/ou accompagnements (orgue ou harmonium, harpe et piano...). On estime que les trois quarts des œuvres éditées par la maison Biton sont présentes dans le fonds. 

A signaler, une autre importante collection de partitions dans les papiers de l’abbé Prim, musicologue averti (cotées 154 J 38-82). 

Consulter l'inventaire de la collection 

   

Bibliographie : 

RAYMOND, Bernard, ROUL, Noël. Louis-Joseph Biton, libraire, éditeur. In Histoire de Saint-Laurent-sur-Sèvre, 1987, p. 205-207 (BIB 7381). 

Date de publication : 13 avril 2017

Retour en haut de page