De Brest à Singapour, via Dakar, Casablanca et New York

François Gérard en 1939 portant le bachi du Georges Leygues ( 1 Num 533 3, vue 2) 

Embarquez avec un marin avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale

François Gérard, jeune Breton né à la fin de la Première Guerre mondiale, troisième d’une fratrie de dix enfants, quitte la petite ferme familiale pour s’engager dans la Marine à la veille de la Seconde, le 5 mars 1937. La flotte française, récemment reconstruite, est alors la 4e plus puissante au monde, après la Grande-Bretagne, les États-Unis et le Japon. François embarque fin 1937 sur un croiseur léger à peine sorti des chantiers de Saint-Nazaire, le Georges Leygues (du nom du ministre de la Marine qui était justement à l’origine de la renaissance de la flotte française). Le jeune canonnier va passer 3 ans et demi à son bord, croisant dans les océans Indien et Atlantique.  

Les photographies d’avant-guerre illustrent aussi bien le quotidien des marins de la 4e Division de Croiseurs que des événements exceptionnels comme l’abordage dramatique du contre-torpilleur Bison en février 1939 (1 Num 533 5, vues 8-9) ou l’Exposition internationale de New York cinq mois plus tard ( 1 Num 533 7). 

Septembre 1939, la guerre éclate. Basé à Brest jusqu’en avril 1940, le Georges Leygues rallie l’Algérie, Toulon puis Dakar. C’est au large du port sénégalais que les navires vichystes (dont le Georges Leygues) vont repousser l’attaque des forces britanniques et gaullistes les 23, 24 et 25 septembre 1940. Les 31 clichés de cette bataille, tous légendés par François Gérard, nous font revivre de l’intérieur cet épisode assez méconnu de la Seconde Guerre mondiale ( 1 Num 533 10).  

  

Bombardement du Montcalm vu du Georges Leygues, pendant la bataille de Dakar le 25 septembre 1940 ( 1 Num 533 10, vue 16) 

Le Frondeur rentrant dans le port de Casablanca gravement endommagé, novembre 1942 ( 1 Num 533 18, vue 11) 

En juin 1941, le quartier-maître Gérard est affecté dans l’Artillerie de Côte à Casablanca. Son album contient près de 150 photographies illustrant les deux années passées au Maroc : la vie dans le camp militaire, des souvenirs de balades entre amis, une compétition d’athlétisme, quelques vues touristiques et de nombreux clichés de navires dans le port de Casablanca, notamment pendant le débarquement américain, du 8 au 10 novembre 1942, lors duquel plusieurs bateaux furent coulés (1 Num 533 13 à 18).  

Marins autour d’un éléphant et de son cornac à Colombo (Ceylan), en [1937-1938] ( 1 Num 533 4, vue 9) 

Passé dans le camp allié après le débarquement en Afrique du Nord, François Gérard embarque en juillet 1943 sur le cuirassé Richelieu. Ce dernier opère aux côtés de la Royal Navy en Atlantique puis dans l’Océan Indien (1 Num 533 19 à 29) et est notamment présent lors de la signature de la reddition japonaise par Lord Mountbatten à Singapour, le 12 septembre 1945 ( 1 Num 533 23).  

Après le conflit mondial, François Gérard passe encore plusieurs mois à bord du Richelieu, rentre en France en juillet 1946, puis remonte sur quatre navires différents dont la frégate Le Brix (1 Num 533 30 à 32). Les dernières notices de l’inventaire sont consacrées à sa seconde carrière en tant que facteur, ainsi qu’à ses compagnons d’armes et aux membres de sa famille (1 Num 533 35 à 40). 

La richesse documentaire de ce fonds photographique ne se limite pas à illustrer une page de l’histoire de la Marine française. Elle réside aussi dans les nombreuses images des pays traversés par François Gérard au gré de ses escales. Le marin semble avoir eu à cœur d’illustrer les lieux visités par des clichés ou, plus souvent, par l’achat de petites photos-cartes touristiques. Ainsi, 315 vues d’une douzaine d’états figurent dans cet inventaire. Parmi eux : le Maroc, l’Égypte, Singapour, Ceylan, l’Afrique du Sud, le Sénégal ou encore l’Écosse et la ville de New York. 

  Découvrir l’inventaire de l'album Gérard (1Num 533)  

  

Petit échantillon de l’album Gérard :

Rubans des bachis portés par François Gérard ( 1 Num 533 2

Le Georges Leygues passant sous le Forth Bridge en Écosse, en juin 1939 ( 1 Num 533 6, vue 7) 

L’aviso la Curieuse sur cale, à Oran, après abordage avec un sous-marin italien, 1940 ( 1 Num 533 9, vue 1) 

Maisons de Dakar démolies après les combats de septembre 1940 ( 1 Num 533 12, vue 2) 

La signature de la reddition japonaise par Lord Mountbatten à Singapour, le 12 septembre 1945 ( 1 Num 533 23, vue 2) 

Le passage de l’équateur à bord du Brix le 10 juin 1948 ( 1 Num 533 32, vue 10) 

Date de publication : 26 janvier 2021

Retour en haut de page