La famille Piobetta à La Roche-sur-Yon

Jean-Benoît Piobetta au ministère de l'Education nationale  

En 1911, Jean-Benoît Piobetta, originaire de Corse, débute sa carrière de professeur de philosophie en Vendée, à La Roche-sur-Yon. Il y rencontre Louise Etienne, une Yonnaise, qu'il épouse en juillet 1912. De leur union, naît Stéphane, le 22 juillet 1913. Dès 1920, l'enseignant devient censeur au lycée de Nantes pendant que son fils aîné étudie dans l'établissement où il a exercé quelques années auparavant... 

A partir de leurs papiers personnels,  l'inventaire du 44 Fi propose d’évoquer la carrière professionnelle de Jean-Benoît Piobetta et l’engagement militaire de son fils, Stéphane. 

  

  

  

Inauguration de l'école de jeunes filles de Neuilly en 1957 

Après son premier poste à La Roche-sur-Yon, Jean-Benoît Piobetta poursuit une brillante carrière dans l'Education nationale, en devenant inspecteur général de l'Instruction publique, puis inspecteur de l'Académie de Paris, et enfin directeur des services de l'enseignement de la Seine. C'est d'ailleurs, sa dernière fonction qui fait l'objet de la plupart des photographies de ce fonds. Ainsi, une vingtaine de clichés représente Jean-Benoît Piobetta, lors de ses déplacements professionnels (par exemple, l'inauguration de l'école de jeunes filles de Neuilly, le 23 janvier 1957, ou bien la visite du salon de l'équipement scolaire au parc des expositions à Paris, en 1955) et de ses interventions pendant des manifestations officielles (discours, remise de médaille,...). Bien qu’installé en région parisienne (voir les quelques clichés de sa maison à Nanterre), il séjourne plusieurs fois en Vendée, notamment aux Sables-d'Olonne, lors de l'inauguration d'une plaque commémorative à la colonie de vacances des "Pupilles de la Nation", en septembre 1947, et à La Roche-sur-Yon, où habitent ses beaux-parents et où il a fondé l'Association des mutilés de la Vendée. 

  

Portrait de Stéphane Piobetta en uniforme du 51e Régiment d'Infanterie  

Après des études secondaires au Lycée de La Roche-sur-Yon,  Stéphane Piobetta, son fils, est reçu à l'Ecole normale supérieure, en 1934, puis devient professeur de philosophie, comme son père. Résistant (à l'instar d 'Henri Blanchet, le premier mari de Lucette Piobetta, née le 21 février 1917, à La Roche-sur-Yon), il prend part à la campagne d'Italie, où il trouve la mort. Quelques documents et photographies à caractère militaire évoquent son engagement pour son pays dans ce fonds. Ils sont accompagnés d'un plan de la crypte des résistants à la Sorbonne dessiné le 13 novembre 1946, dans laquelle est transférée la dépouille du jeune soldat. 

  

En souvenir du jeune étudiant yonnais, Stéphane Piobetta, la ville de La Roche-sur-Yon donnera son nom à l'un des collèges du centre-ville en 1967. 

  

Consulter le fonds Piobetta 

Date de publication : 25 juillet 2019

Retour en haut de page