De la Résistance à la construction de la paix, Hélène de Suzannet et quelques parcours vendéens… dans la dernière livraison des "Recherches vendéennes" (n°22)

Héroïsme et détermination caractérisent les authentiques résistants. On en trouvera d’étonnants exemples dans le dossier du numéro 22 des Recherches vendéennes qui vient de paraître : non pas les armes à la main, mais certains la plume, le crayon ou le pinceau à la main, d’autres pleins d’une immense audace pour braver les Allemands et porter en même temps secours aux juifs. 

Mais quelle division après-guerre dans un monde qui s’était approché du chaos ! Aussi les chefs de la Résistance en Vendée ont-ils veillé à faire de la Libération un acte d’union nationale. De son côté, Hélène de Suzannet, figure de la Résistance portant un nom marqué par l’histoire, a utilisé toute son autorité morale en faveur des épurés qui n’étaient pas tous des criminels, de même que des Allemands qui n’étaient pas tous nazis : des prises de position prophétiques mais mal perçues au lendemain de la guerre. 

  

Le dossier

Ce dossier montre qu’il ne fallut pas moins de courage et de générosité pour construire la paix que pour résister. C’est le Dr Pigeanne qui l’ouvre, lui qui maintint une activité culturelle résistante jusqu’aux marges du camp de Neuengamme. Suit une évocation de Maurice de La Pintière, dont l’œuvre artistique exprime l’esprit de Résistance, puis la souffrance de la déportation, enfin la prégnance du souvenir qui hante les survivants. D’autres articles approchent trois figures de file de la Résistance locale, le professeur Villey, le docteur Joguet et Léon Martin, le jour même de la Libération. Celle-ci permit bientôt le renouvellement des municipalités ou parfois leur maintien, en dépit des règles d’épuration administrative. Les délibérations de Chavagnes-en-Paillers, lieu de refuge de dizaines d’enfants juifs, nous dévoilent des élus apparemment soumis mais que n’effarouche pas une présence gaulliste en leur sein dès 1941, puis dénonçant sans concession l’illégitimité des comités de Libération par rapport à la leur, enfin restant fermes dans leurs fidélités. 

C’est toutefois la personnalité d’Hélène de Suzannet qui domine ce recueil : paraît ici la première biographie d’envergure évoquant autant la dame d’œuvre en Vendée que la parisienne, engagée dans la Résistance à la première heure mais soutenant encore après-guerre de multiples causes sociales, politiques et en faveur du rapprochement des peuples, alors que les plaies de la guerre saignaient encore. Sans doute est-ce son usage d’une liberté irréductible à toute ligne idéologique qui l’écarta des partis où l’on avait tenté de récupérer sa présence prestigieuse. Elle a été trop souvent à contre-courant pour que son souvenir ne subisse pas cet oubli étonnant par rapport à sa notoriété ; il est désormais réparé grâce au renouveau d’intérêt d’une autre génération. 

  

Les études

Portrait du Docteur Gallot (Arch. dép. Vendée, BIB 1415) 

Dans son étude sur les docteurs en médecine diplômés sous l'Ancien Régime et originaires du Bas-Poitou, Jean Artarit signale la densité de ceux issus de la faculté de Montpellier, bien supérieure à la moyenne nationale, même si ce critère d'élitisme ne préjuge pas de leur engagement sous la Révolution, qui les répartit dans tous les camps. L'édition du journal de guerre d'Eugène Waïtzenegger, par Jean-Marc Viaud et Jean Vimpère, apporte un complément étonnant aux précédents témoignages déjà publiés dans deux numéros de notre revue. Trop vieux pour être mobilisable, ce poilu s'est engagé volontairement pour manifester son patriotisme et participer à l'élan national. Observateur critique de la vie militaire, il est comme un témoin de l'arrière, projeté dans les tranchées ou le plus souvent à proximité. Enfin Jacques Hussenet nous livre une statistique des colonies de vacances, en marge des travaux sur le tourisme dont il a déjà fait bénéficier la revue. 

  

  

Consulter le sommaire

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

En vente aux Archives départementales de la Vendée 

Prix public : 26 € (+ 6,80 € de frais de livraison si envoi)  

L’adhésion annuelle à la Société d’émulation de la Vendée (25 €) inclut l’abonnement à la revue Recherches vendéennes

L'Annuaire de la Société d'émulation de la Vendée (1854-1990) et Recherches vendéennes (depuis 1994) ont fait l'objet d'un dépouillement systématique de leurs articles. Ces analyses sont interrogeables grâce au moteur de recherche.

L'Annuaire de la Société d'émulation de la Vendée (1854-1990) a en outre été numérisé et est consultable en ligne.

Date de publication : 01 février 2017

Retour en haut de page