Actualités archivées (oct. 2012 - juin 2016)

Le Journal officiel papier disparaît après 147 ans de parution quotidienne

Le Journal Officiel, qui publie chaque jour depuis 1869 des dizaines de textes législatifs et réglementaires, ne sera plus imprimé à partir du 1er janvier 2016.  Après 12 ans de coexistence avec la version électronique, il deviendra entièrement numérique. Cette mutation marque la disparition physique de l’un des plus anciens journaux français. 

C’est pour les Archives de la Vendée l’occasion de revenir sur l’histoire et l’intérêt de cette collection qui occupe plus de 130 mètres linéaires dans leurs magasins de conservation. 

(décembre 2015)

Soldats de Vendée 1914-1918, le Département de la Vendée sur le pied de guerre

Cent ans après, que reste-t-il de la Guerre 1914-1918 dans votre mémoire familiale ? Qui, dans votre famille ou parmi vos proches, a participé à ce conflit ? 

Au lendemain de la commémoration du 11 Novembre, le Département de la Vendée met en ligne un mémorial virtuel dédié au souvenir de tous les soldats ayant participé à la Première Guerre mondiale. Chaque Vendéen pourra y retrouver un parent, un ami ou un habitant de sa commune, que son nom soit inscrit sur le monument aux morts ou pas. 

Soldats de Vendée 1914-1918 est le fruit du travail acharné d’une centaine de bénévoles du réseau de collaborateurs des Archives départementales, qui ont méticuleusement indexé plus de 300 registres matricules du recrutement militaire. Ce site permet ainsi de retrouver le parcours individuel des 131 000 hommes recensés en Vendée entre 1887 et 1921, notamment ceux qui ont été mobilisés au cours du conflit. 

(24 novembre 2015)

Les contributions collaboratives : une source d'ouverture et de dynamisme aux Archives ?

Le numérique bouleverse les pratiques professionnelles des archivistes et met leurs acquis en question, mais il ouvre aussi des perspectives immenses et favorise les nouveaux usages des archives. Dans ce nouvel environnement, comment s’adapter pour satisfaire les attentes du public ? C’est à cette question que les articles présentés dans la rubrique consacrée aux métiers et aux pratiques des archives tentent de répondre. 

Depuis 20 ans, les Archives de la Vendée n’ont cessé d’innover en lançant des programmes originaux en matière de numérisation, de mise en ligne, d’analyses descriptives et de travaux collaboratifs. Ces travaux font aujourd’hui référence dans le paysage archivistique français. De ce fait, les Archives de la Vendée sont sollicitées régulièrement pour exposer leur pratique lors de rencontres professionnelles. La communication du 2 octobre 2015, présentée lors d’un colloque des Archives de France intitulé "Consommateurs ou acteurs ? Les publics en ligne des archives et des bibliothèques patrimoniales" en est un exemple. 

(novembre 2015)

Plus de 1000 cartes postales supplémentaires sur les communes vendéennes !

L’apport de 1100 cartes postales par plusieurs collectionneurs a permis le  renouvellement de la collection de cartes postales isolées et l’ajout de cinq nouvelles communes au catalogue :  Les Châtelliers-Châteaumur, Chavagnes-les-Redoux, La Pommeraie-sur-Sèvre, Thouarsais-Bouildroux et Saint-Etienne-de-Brillouet. 

C’est l’occasion de revivre en image l’arrivée des gendarmes lors de l’inventaire des biens de l’église de La Pommeraie-sur-Sèvre, le 15 février 1906, après la séparation des Eglises et de l’Etat, et bien d’autres faits historiques… 

(30 octobre 2015)

Silences et révélations des archives seigneuriales, le cas d'une double baronnie italienne en Vendée, Les Essarts et Rié, XVIe - XVIIe siècles

En 1622, pour la dernière fois dans l'histoire de la monarchie française, un roi prenait le risque de participer lui-même à une bataille. C'était sur "l'île de Rié", trois paroisses bordées par la mer et des marais, où s'était réfugié Soubise, la pensant inexpugnable. Mais en franchissant la Besse à marée basse, Louis XIII vint le surprendre en personne, se condamnant cependant à la victoire car la remontée de l'eau lui interdisait toute fuite. Cet épisode frappa tant les contemporains qu'il révéla la personnalité du jeune roi et qu'il eut un large retentissement dans les arts. Il n'en reste toutefois aucune allusion dans les archives de la baronnie. Ravages et désordres furent alors tels que l'on constate plutôt un trou dans la documentation, dès la fin du XVIe siècle, alors même qu'en créant le port de Croix-de-Vie autour de la construction d'un quai, Marie de Beaucaire, baronne de Rié, y avait engagé l'une des entreprises les plus novatrices de toute la côte du Poitou. 

Le château de Notre-Dame-de-Riez disparut dans les terribles combats de 1622, mais ses archives point, comme le révèle un inventaire détaillé de 1674… Pertes et laconisme des archives sont donc vraisemblablement plus le résultat des difficultés de l'administration en période de misère ou de troubles, que de la guerre elle-même, parce qu'il reste tout de même des archives et qu'elles demeurent conservées à Turin, surprise qui ne relève pourtant d'aucun hasard. 

(14 octobre 2015)

Nos archives audiovisuelles présentées au Festival international du film de La Roche-sur-Yon

Cette année encore, les fonds audiovisuels conservés par les Archives de la Vendée vont être mis à l'honneur au cours du Festival international du film de La Roche-sur-Yon. La Cinémathèque de Vendée, partenaire des Archives depuis plus de vingt ans, a en effet obtenu carte blanche pour intervenir dans le cadre de la sélection "Passé / Présent". Cette séance exceptionnelle aura lieu le mardi 13 octobre à 16h00 au cinéma Le Concorde. 

Quatre films seront projetés ; ils ont été retenus parce qu'ils illustrent des personnages ou des structures économiques dont le rayonnement dépasse largement leur contrée d'origine. Ils seront présentés et remis dans leur contexte par leurs réalisateurs ou leurs représentants avec lesquels chacun pourra échanger s'il le souhaite. 

Découvrez le programme ! 

(octobre 2015)

À la Une : la presse ancienne locale

Le numérique relance lintérêt de la presse locale pour les généalogistes et les historiens. Les journaux sont une source complémentaire de premier ordre pour les événements économiques, familiaux, locaux, etc. Ils constituent également une source en soi pour écrire l’histoire de la presse vendéenne ou pour comprendre les mécanismes de formation de l’opinion publique. 

Découvrez la richesse de l’offre numérisée et les origines de la presse dans le département. 

(septembre 2015)

Jean Robuchon, un Fontenaisien voyageur et photographe

Jean Robuchon (1896-1976), avocat fontenaisien féru d’histoire locale, est également un grand voyageur, comme en témoignent ses quelque 1900 clichés présentés en ligne. 

Avec sa première épouse, Marthe Guillon, il sillonne et immortalise sur plaque de verre la Vendée (environ 300 photos), la France (1450 photos) et l’étranger (100 photos).  Suivez leurs voyages à travers les clichés pris entre 1922 et 1935 ! 

(23 septembre 2015)

Guerre 1914-1918 : quatre nouveaux inventaires publiés

La mise en ligne des documents prêtés à l’occasion de la grande collecte 14-18 se poursuit avec la publication de quatre nouveaux fonds, deux correspondances familiales et des journaux de guerre. 

A travers ces écrits sont retracés quatre parcours de soldats assez atypiques au sein de l'armée française : un vaguemestre délégué au service postal, messager silencieux du grand traumatisme de la guerre, deux brancardiers, et un jeune sergent-fourrier occupé à l’intendance de sa compagnie, qui s'emploie à améliorer le quotidien si difficile de ses compagnons d’infortune. On suivra aussi le quotidien de trois combattants originaires de La Chapelle-Hermier, deux frères et leur cousin. Ce sont là d’émouvants témoignages d'hommes dont quatre d’entre eux ne reviendront malheureusement pas… 

(16 septembre 2015)

Le déclic de René Simonneau, photographe fontenaisien

René Simonneau, issu d’un milieu paysan (son père est meunier), naît en 1899 à Maillezais. Sourd-muet de naissance, il acquiert la langue des signes dès son plus jeune âge. Dans les années 1920, il est professeur d’arts plastiques à Marseille et enseigne le dessin aux enfants souffrant du même handicap que lui. Poursuivant son intérêt pour l’iconographie, il devient photographe, s’exerçant dans un premier temps dans la campagne de Maillezais. 

Entre 1925 et 1930, il installe son studio à Fontenay-le-Comte, au n°23 de la rue Blossac, où il voit défiler un grand nombre de fontenaisiens. Ces photographies font désormais l’objet d’un inventaire qui vient d’être mis en ligne. 

(10 septembre 2015)

    

Retour en haut de page