L’île de Noirmoutier, au gré des marées et des festivités !

Jeunes gens « présentant les armes » sur une balise-refuge (1 Num 381/4-39) 

La vie de l’île et de ses habitants est mise à l’honneur dans deux inventaires récemment actualisés :  la collection des cartes postales isolées et celle  des dessins, estampes et photographies isolés

Le passage du Gois s’anime sous nos yeux sur plus de cinquante ans, montrant le quotidien des Iliens qui l’empruntent comme les effets des nombreuses tempêtes. Les clichés d’un photographe amateur local font également revivre les manifestations estivales de 1994 organisées dans le cadre des « Régates du Bois de la Chaise » rendant hommage au navigateur Eric Tabarly et au photographe maritime Keith Beken. Ce sont plus de 70 nouvelles cartes postales et 220 photographies qui sont désormais en ligne. 

  

Le passage du Gois

Le passage du Gois reliant l’île de Noirmoutier au continent, est une source d’inspiration pour les éditeurs de cartes postales qui ne se lassent pas au fil des années et des marées de diffuser de nombreuses illustrations représentant cette chaussée submersible. Ainsi, à travers une cinquantaine de vues, intégrée à la collection des cartes postales isolées, la vie quotidienne noirmoutrine du début du XXe siècle aux années 60 refait surface pour offrir un aperçu des allers et venues nécessaires aux activités agricoles et touristiques de l’île. Par exemple, des charrettes chargées de varechs et autres produits de la mer qui traversent d’un bout à l’autre cette voie longue de 4,125 kilomètres témoignent d’un aspect de l’économie locale. 

Cette série de cartes postales est également l’occasion de voir défiler sur cette chaussée différents types de transports : des véhicules hippomobiles aux voitures anciennes, tous se heurtant aux caprices de la mer. Les horaires des marées régulent en effet le flot de la circulation entre Beauvoir-sur-Mer et Barbâtre, entraînant des embouteillages et bien des déboires pour les conducteurs les plus téméraires qui veulent braver les courants marins. Ces incidents qui provoquent des situations insolites sont l’objet de plusieurs cartes postales provoquant, tour à tour, un effet d’étonnement et d’amusement. Heureusement, les balises-refuges ponctuant la route pavée servent plus souvent de décor pour se faire photographier que d’abri, ainsi que le prouvent les nombreuses illustrations présentes dans l’inventaire. 

  

Les catastrophes naturelles…

Réfection de la voie du côté de Beauvoir-sur-Mer, par l'entreprise [Cornu] de Bouin (1 Num 381/4-4) 

Cette voie mi-terrestre, mi-maritime, affronte tant bien que mal, depuis le XVIIIe s., les remous de l’océan. Des entretiens et réparations sont faits régulièrement pour rendre ce passage périlleux, plus résistant et praticable. Les représentations de ces travaux sont rares. Une carte postale montre cependant des ouvriers d’une entreprise de Bouin effectuant des réfections sur la chaussée

La tempête de février 1998 laissa également sa trace sur le passage du Gois. Quelques photographies exceptionnelles de la catastrophe prises par un habitant de l’île, avant la fermeture totale de la route, témoignent des dégâts engendrés par la force des courants marins et du vent, tels que des balises abîmées, l’une ayant perdu sa cage ou une autre encore arrachée de son socle, mais aussi la chaussée défoncée dont les pavés ont été descellés.  

  

Eric Tabarly et Keith Beken, deux amoureux de la mer    

Jacqueline Tabarly décorant d’une médaille Keith Beken sous le regard amusé d’Eric Tabarly, août 1994 (1 Num 381/10-9) 

La baie de Bourgneuf est le cadre de nombreux festivals et compétitions liés aux activités maritimes, plus particulièrement pendant la saison estivale. Parmi ces manifestations, l’une des plus illustres est sans conteste le festival des « Régates du Bois de la Chaise » qui a lieu à la mi-août et réunit un grand nombre de bateaux traditionnels. A cette occasion, en 1994, le navigateur Eric Tabarly, qui participe à l’événement sur son voilier le « Pen Duick », fait un discours et reçoit un prix. Lors de cette même édition, un hommage est rendu à la dynastie Beken, fondatrice de la société familiale spécialisée en photographies maritimes « Beken of Cowes », représentée par Keith Beken, auteur du « Centenaire des Régates du Bois de la Chaise ». Un reportage photographique capture les moments forts de cette cérémonie : discours, remise de décoration à Beken et présence du cercle des photographes maritimes professionnels, ainsi que celle d’Éric Tabarly et de son épouse Jacqueline dont la complicité transparaît à travers 28 clichés placés dans la collection des dessins, estampes et photographies isolés

Ces inventaires présentent par ailleurs des cartes postales et des photographies témoignant du passé militaire des villes de Fontenay-le-Comte et de La Roche-sur-Yon. La vie de La Flocellière et de Pouzauges dans la première partie du XXe siècle est également largement illustrée. Signalons enfin quelques scènes historiques comme la visite officielle du général de Gaulle à Luçon du 23 juillet 1948. 

Pour accéder à l’ensemble de ces images, consulter dès à présent le catalogue de la collection des cartes postales isolées et celui des dessins, estampes et photographies isolés.     

  

La chaussée pavée du passage du Gois défoncée par la force des courants marins lors de la tempête de 1998 (1 Num 381/8-8) 

Charretier transportant du varech (1 Num 381/4-6) 

Date de publication : 11 décembre 2015

Retour en haut de page