Rousseau-Lemounier, une famille des deux côtés de l’objectif

Lucien Rousseau devant les fouilles du Roc-aux-Sorciers à Angles-sur-Anglin dans la Vienne (213 J 81, vue 1) 

Dès les premières années du XXe siècle, Lucien Rousseau passe derrière l’objectif pour fixer, dans la gélatine des plaques de verre, les portraits de la famille et saisir le quotidien. 

Lucien Rousseau et son épouse Maria Sidaine, tourangelle d’origine, sont installés à Cheffois, dans la propriété familiale. Leur fille Madeleine épouse en 1926 Henri Lemounier, natif de Noirmoutier, fontenaisien d’adoption, installé comme pharmacien à Chauvigny (Vienne). 

Henri Lemounier s’intéresse lui aussi à la photographie et acquiert une grande maîtrise technique, en témoigne la photographie d’une course de lévrier ( 213 J 84, vue 9). 

  

  

  

Le Bois de la Chaise à Noirmoutier (213 J 85, vue 2) 

Les excursions familiales, aussi bien en Vendée qu’à l’autre bout du pays, sont l’occasion d’exercer leur talent. Quelques vues du Bois de la Chaise à Noirmoutier ( 213 J 85, vues 1-3) et de la Mer de glace à Chamonix ( 213 J 86, vues 1-7) sont particulièrement saisissantes. 

Lucien Rousseau s’intéresse à l’histoire locale, devient membre de la Société d’émulation de la Vendée et se lie ainsi au Dr Baudouin et au Dr Boismoreau, entamant avec eux des fouilles archéologiques en plusieurs points du bocage vendéen. Archéologue amateur et passionné, il photographie quelques-unes de ses découvertes : la Ciste des Cous à Bazoges-en-Pareds ( 213 J 88, vues 6-7) ou des vases exhumés à Cheffois ( 213 J 88, vues 1-2). Après le mariage de sa fille, il poursuit ses fouilles dans la Vienne, révélant le potentiel du site du Roc-aux-Sorciers à Angles-sur-l'Anglin ( 213 J 89). 

Quelques photographies, pour la plupart prises aux environs de l’année 1900, restent à identifier. La famille bourgeoise posant dans sa propriété ( 213 J 90) pourrait-elle être celle du Dr Epron de La Châtaigneraie ? A quelle église appartient ce clocher, caché dans les arbres ( 213 J 91, vue 4) ? Cet homme posant devant sa maison serait-il noirmoutrin ( 213 J 92, vue 4) ? 

L’entrée du fonds Lemounier (213 J) aux Archives de la Vendée est l’occasion de retrouver outre ces photographies de la famille Lemounier (213 J 81-92), une partie des travaux de Benjamin Fillon (213 J 1-53) et d’Arsène Charier (213 J 54-57). C’est Gabrielle Fillon, belle-sœur et héritière de Benjamin Fillon, épouse d’Arsène Charier, qui lègue à Mme Lemounier, sa fille de cœur, une partie des papiers des deux érudits fontenaisiens.  

Date de publication : 29 octobre 2014

Retour en haut de page