Miscellanées

Le livre en tenue de deuil

Depuis le Moyen Age, la mort est un thème récurrent dans l’art sacré. Cette constance est révélatrice d’une prise de conscience et d’une réflexion sur la vie et la mort à une époque où celle-ci est omniprésente. Le livre n’échappe pas à cette influence. Par la reliure à emblèmes funèbres, il porte lui aussi la tenue du deuil. 

Une reliure décorée de petites têtes de mort et de tibias posés en croix nous invite à découvrir la pratique singulière de cette esthétique funèbre. 

Génocide en Vendée ?

Le « génocide vendéen » serait-il le crime fondateur de la République ? C’est la thèse à laquelle travaille l’ambassade turque, en réponse à la loi française sur le génocide arménien… La question est bien d’actualité. Elle trouve un écho dans le public, à la mesure du déni qui a si longtemps été opposé à toute interrogation sur la répression de la révolte des Vendéens. Deux siècles plus tard, quel est l’enjeu du débat ? 

Concorde ou concordat ? L’Église et l’État avant leur séparation

Religion de l’État ou de la majorité du peuple français, le catholicisme s’est longtemps habitué à une position officielle dont on retient surtout de nos jours le caractère dominant, avec tout ce que ce terme suggère comme force contraignante. 

Du blason de la Vendée à son logo

Extraits de deux articles publiés dans la Revue du Souvenir vendéen et dans Recherches vendéennes

  • Fabian de Montjoye, "La broche dite « double cœur vendéen »"
  • Thierry Heckmann, "1943. La Vendée se dote d'un blason. De l'identité à l'emblème"

La « Grande Boucle » et la Vendée, 1903-2011

Le 2 juillet 2011, près de 200 coureurs se sont élancés de la chaussée du Gois, à Noirmoutier, pour le départ de la 98e édition du Tour de France. C'est un nouveau chapitre de la relation qui s'est nouée depuis plus d'un siècle entre le Tour et la Vendée. Cette histoire a en effet commencé dès 1903 avec la première édition de la course. 

Retour en haut de page