Du blason de la Vendée à son logo

Extrait de l’article publié par Fabian de Montjoye, antiquaire en bijoux anciens, « La broche dite « double cœur vendéen », Revue du Souvenir vendéen, juin 2010, p. 15-17

Fabian de Montjoye a retracé de façon très convaincante l’apparition du double cœur, dit « vendéen ». Son étude en révèle l’origine dans un bijou ancien.  

Il faut remonter à la « guimbarde », broche en forme de cœur ajouré, qui était un accessoire servant d’épingle de col aux hommes, en Poitou, Charente et Saintonge. Cette guimbarde, du nom d’un instrument de musique rudimentaire dont la forme est très proche de la sienne, était fabriquée principalement à Niort et à Nantes, vraisemblablement dès l’Ancien Régime. 

Sa forme en cœur – pas encore double – relève, non pas d’une dévotion au Sacré-Cœur (pourtant fort répandue dans l’Ouest au XVIIIe siècle), mais de la symbolique amoureuse, comme le confirme bien souvent la présence d’une flèche, celle de Cupidon, transperçant le cœur. Ces flèches disparaissent d’ailleurs lorsque la croix apparaît, plus tardivement, au sommet du bijou. Quant à la couronne, attestée avant la croix, elle ne peut symboliser que le mariage, qui « couronne » l’amour. Portée à l’origine par les hommes, cette broche pouvait être un présent amoureux, celui d’une fiancée.  

Au début du XIXe siècle, la symbolique amoureuse de l’accessoire vestimentaire est concurrencée par une référence collective politico-religieuse, en relation avec le Sacré-Cœur de Jésus, arboré par les combattants vendéens et chouans comme signe de reconnaissance. 

Ce n’est véritablement qu’après l’équipée de la duchesse de Berry dans l’Ouest, en 1832, que se répand le bijou en double cœur à connotation religieuse et monarchiste que l’on connaît : un cœur pour Dieu (symbolisé par la croix) et l’autre pour le Roi (représenté par la couronne). Fabriqué principalement à Niort et aux Sables-d’Olonne, il connaît un grand succès et, du coup, perd progressivement sa référence politique pour devenir un simple bijou d’ornement, représentatif d’une région. 

La vocation « emblématique » de cette broche, due à l’attachement identitaire que lui portent les Vendéens, va aussi fixer définitivement sa forme. Ainsi, la liberté de style propre aux guimbardes fonctionnelles (annulaire ou cordiforme, avec ou sans flèche, avec ou sans couronne, avec ou sans fleur de lys, …) va s’uniformiser en un double cœur couronné et sommé d’une croix. Ce modèle, fixé au milieu du XIXe siècle, ne variera guère et demeurera en usage populaire jusqu’au milieu du XXe siècle, avant de connaître un certain renouveau dans les années 1980. 

  

  

     

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

Extrait de l'article publié par Thierry Heckmann, "1943. La Vendée se dote d'un blason. De l'identité à l'emblème", Recherches vendéennes, n° 6, 1999, p. 291-294.

Rappelons que logos et blasons, à l'instar d'une signature, constituent un signe de reconnaissance simple, dont les caractéristiques doivent permettre à quiconque d'en identifier l'auteur au premier coup d'œil. Nombre de personnes morales s'en sont doté au cours des âges, les villes en particulier. Le ralentissement de la création héraldique, amorcé déjà sous l’Ancien Régime, correspond à la perte d’autonomie et donc d’identité des collectivités locales face à l’Etat. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que la décentralisation des pouvoirs, amorcée en 1982, ait été rapidement suivie par la création de milliers de logos, à la demande des départements et des communes. De conception souvent trop cérébrale, leur symbolique compliquée échappe parfois à la population, qui ne se les approprie pas, forçant les élus à en changer. Comme jadis pour le blason, c’est la notoriété qui enracine un logo. Force est de reconnaître qu’en Vendée elle s’accompagna d’un succès immédiat auprès du public. Il ne s’agissait à vrai dire que du relookage des armes du département, dont la création nous reporte quarante-six ans plus tôt. 

C’est en effet en 1943 que le bureau du conseil départemental promulgua les armes de la Vendée. Cette question s’était posée en marge d’un débat récurrent depuis 1937 sur la répartition des départements en régions ou provinces. On venait d’attribuer des armes à toutes les communes de la Seine, au Kremlin-Bicêtre comme à Orly : « d’azur … chargé de cinq avions de sable, volant en pal » ! Dans ce contexte, la Revue du Bas-Poitou prit l’initiative d’inviter ses lecteurs à présenter leurs propositions. Son choix reçut l’approbation officielle et bénéficia d’une telle popularité que personne ne songea à s’en offusquer, tant l’appropriation qu’en faisait la population dépassait le modeste usage officiel d’un organe administratif encore sans grande personnalité. 

Il est vrai qu’on avait eu le souci de choisir des armes pour ainsi dire parlantes, évoquant sans conteste la Vendée, tout en cherchant à éviter qu’il ne s’agisse que d’une Vendée. La devise, « Utrique fidelis » (fidèle à l’un et à l’autre), proposée par un fonctionnaire, l’archiviste du département, faisait explicitement référence à la présence de braves du côté des Bleus comme de celui des Blancs. Le choix d’un cœur évidé surmonté d’une couronne, et même sous sa forme de double cœur, était inspiré des décors d’armoires ou d’orfèvreries bien attestés avant même la Révolution et si fréquents en Vendée. Le Dr Baudouin, aux opinions peu suspectes d’avoir été réactionnaires, avait cru pouvoir en établir l’existence depuis les Gaulois dans un article documenté en 1903. La croix, ajoutée au XIXe siècle, avait fini par faire appeler couramment cet emblème cœur vendéen, et le savant archéologue d’affirmer alors que ce « bijou local [était] la caractéristique la plus typique qu’on puisse souhaiter pour notre département ». On se risqua donc à en faire un nouveau meuble héraldique, mais après quelques précautions. Les cœurs étaient évidés et au nombre de deux pour éviter toute analogie directe avec un Sacré-Cœur. La croix, aux branches égales, n’épousait pas la forme triomphante de la croix latine à forte connotation religieuse. La couronne, stylisée, restait avant tout un ornement et n’était pas plus la couronne royale caractéristique que celle de toute reine de village. Enfin, on avait écarté d’emblée tous les projets présentant des chouettes chouannes, des fleurs de lys, des croix glorieuses, ou même des faux vendéennes. Héraldique oblige, on avait entouré l’écu d’une « bordure componée aux armes de la province du Poitou ». Trop compliquée à reproduire et au caractère plus officiel que populaire, elle s’avéra inutile et ne tarda pas à tomber en désuétude. 

Le blason de la Vendée, département créé sous la Révolution, entérinait donc la forme d’un emblème qui se cherchait depuis un siècle et que la tradition avait travaillé : en partie antérieur à la guerre de Vendée, il en évoquait le souvenir fondateur ; il s’en démarquait aussi suffisamment pour acquérir une actualité que ne devait pas contrarier une lecture historique. 

Première moitié du XIXe siècle : un bijou stylisé auquel on vient d'ajouter une croix. Sa référence discrète à l'histoire et sa popularité en font une caractéristique régionale, "les coeurs vendéens", sans lier sa lecture à un événement passé. 

Deuxième moitié du siècle : différentes interprétations du bijou, comme celui-ci, tentent de rendre sa signification univoque. 

1943 : le département de la Vendée adopte les coeurs vendéens comme meuble héraldique caractéristique de son blason. 

1989 : le blason engendre un logo dont le succès confirme le choix. 

... mais suscite aussi un contre-projet (existe en bleu et en rouge). 

Retour en haut de page