Souverains et présidents en visite

C'est à l'île de Rié (Notre-Dame et Saint-Hilaire de Riez) que Louis XIII acquit la gloire militaire

En 1624, l'inauguration de la maison des arquebusiers, à Troyes, permit d'admirer un ensemble de vitraux à la gloire de Louis XIII. Ils sont aujourd'hui déposés au musée de la ville. L'un d'eux s'intitule "l'isle de Rié" et présente le roi en armes et à cheval, surplombant cette île. Des maisons signalent les agglomérations, des fortifications et des canons défendent les ponts, tandis que des bataillons de piquiers et de la cavalerie traversent ce paysage jusqu'au lieu d'une bataille qui se poursuit, en dépit des signes de reddition donnés par des soldats déjà embarqués sur des navires. 

La reproduction qu'en donne Patrick Avrillas n'est qu'une des très belles illustrations de son livre, Louis XIII et la bataille de l'isle de Rié, 1622, les armes victorieuses de la monarchie absolue (Geste éditions, 2013, 213 p.), dont nous rendons compte ici. 

Avril 1897 : le président de la République en Vendée

Il y a 120 ans, du 20 au 27 avril 1897, Félix Faure, « le président voyageur », a visité l’Ouest de la France. Arrivé à la gare de La Roche-sur-Yon le 20 avril au matin, il rejoint Nantes, descend la Loire jusqu’à Saint-Nazaire, gagne Les Sables-d’Olonne et Rochefort par la mer, poursuit son périple jusqu’à Saintes, remonte à La Rochelle, puis s’arrête à Fontenay-le-Comte et à Niort, d’où il repart le 27 tard dans la soirée. 

Ce voyage marathon, annoncé à l’automne 1895, prévu en septembre 1896 puis reporté, est une première à plus d’un titre. Si cette visite constitue le premier voyage officiel d’un président de la République en Vendée, c’est aussi le premier déplacement d'un chef de l'État qui ait été filmé. Revenons sur l’organisation, le déroulement et les enjeux de ce voyage. 

Le détail de cette tournée est connu grâce au dossier conservé aux Archives départementales de la Vendée sous les cotes 1 M 546-547, aux comptes rendus des journalistes publiés dans la presse, à l’album souvenir édité la même année par P. Belon et P. Gers (Paris : Berthaud frères) et coté BIB 2476, et au film conservé par l’Institut national de l’audiovisuel. Tous ces documents témoignent de l'accueil fastueux réservé au chef de l'État. 

Retour en haut de page