Éphéméride

Proposer un fait daté

C'est arrivé un 19

mai 1941

Le résistant Ernest Seigneuret est arrêté à La Roche-sur-Yon par les autorités allemandes. Il meurt fusillé au Mont Valérien le 5 novembre suivant. Une plaque commémorative indique l'emplacement de son arrestation, à l'angle des rues Thiers et Lafayette.

- Cité dans "La route des deux victoires : itinéraire touristique et historique en Vendée", p. 19 (Arch. dép. Vendée, BIB B 1683/9)
- Cité par Gérard Prouteau, dans "La Résistance en Vendée, 18 juin 1940-6 juin 1944", publié dans "Recherches vendéennes", 2004, p. 235-262 (Arch. dép. Vendée, BIB PC 16) 

Publié le 13 juin 2013

décembre 1943

Représentation de "La Reine morte" de Montherlant par une troupe amateur de L'Aiguillon-sur-Mer conduite par le docteur Henri Pigeanne. Plusieurs représentations suivront permettant au docteur, ancien prisonnier, d'aider financièrement les prisonniers encore captifs et leurs familles.

Les représentations de la troupe d'Henri Pigeanne vues par la presse (Arch. dép. Vendée, 63 J 7

Publié le 22 novembre 2011

juillet 1944

Guy Kergoustin est arrêté sur son lieu de travail, l'usine de gaz de Croix-de-Vie, dont il est le directeur. Le 9 août suivant, il est déporté en Allemagne. Originaire de Saint-Malo, Guy Kergoustin arrive à Croix-de-Vie en 1931. Entré en résistance dès 1940, il forme au début de l'année 1942 un réseau qu'il baptise "Buisson", du nom de jeune fille de sa mère. Décédé d'épuisement le 29 avril 1945, 14 jours après sa libération, il est nommé chevalier de la légion d'honneur à titre posthume en 1948.

- Cité par Marlène et René Wiart dans "Se souvenir de… Saint-Gilles-Croix-de-Vie et de Sion-sur-l'Océan", p. 82-83 (Arch. dép. Vendée, BIB C 1348). 

- "La parole républicaine et la Vendée socialiste", 19 juin 1948 (Arch. dép. Vendée, 4 Num 389/20, vue 96).                                                                

Publié le 16 mars 2017

août 1944

Les Allemands évacuent la base radar de La Jonchère. Etablie au lieu-dit "le Moulin de la Garde" à partir d'avril 1942, l'installation comprenait 7 blockhaus, 3 casernes, 4 écouteurs paraboliques, 8 batteries de DCA et était protégée par 400 soldats. Elle eut pour mission le contrôle des manoeuvres des forces alliées et la prévision des raids aériens contre La Rochelle. Cet important dispositif, protégé par 40.000 mines, fut la seule base radar fixe installée en Vendée pendant la Seconde Guerre mondiale.

- Ouest-France, 23 avril 1951, p. 5 et 31 août 1994, p. 17 (Arch. dép. Vendée, BIB PE 17/15 et BIB PE 20/446) 

- Lettre du maire de La Jonchère au préfet de la Vendée, dans laquelle il sollicite un laissez-passer en faveur du personnel communal pour accéder au Moulin de la Garde, 23 juillet 1943 (Arch. dép. Vendée, 1 W 59/846, inventaire consultable en salle de lecture) 

Publié le 12 juin 2012

août 1944

Le médecin résistant de Fontenay-le-Comte Pierre Georget est arrêté par la Gestapo. Il est l'un des fondateurs, avec ses amis les docteurs Georges et Alice Artarit, du réseau local du Comité médical de la Résistance (région Sud-Est Vendée).

Cité par Jean Artarit dans "Le Comité médical de la Résistance de la région de Fontenay-le-Comte", acte du colloque "Les Vendéens face à la Seconde Guerre mondiale", p. 81-90 (Arch. dép. Vendée, BIB B 4935) 

Publié le 17 décembre 2013

Retour en haut de page