Éphéméride - Tempêtes, raz de marée, naufrages

Proposer un fait daté

C'est arrivé

Le 20 janvier 1890

Dans la nuit, une tempête fait effondrer des cheminées et déraciner les arbres à Luçon. Elle entraîne aussi la rupture de la digue allant de L'Aiguillon-sur-Mer à Champagné-les-Marais, réalisée l'année précédente.

Lettre d'Aglaë Chatelain à sa petite nièce Marguerite Chatelain datant du 23 janvier 1890 (Arch. dép. Vendée, 156 J) 

Publié le 22 juin 2014

Le 9 décembre 1893

Le trois-mâts "Le Sodium" s'échoue face au quartier de la Chaume, aux Sables-d'Olonne. Chargé d'hydrocarbure, le navire finit par sombrer, provoquant l'une des premières marées noires de l'histoire. Ce naufrage, qui aurait peut-être été évité si le phare de la jetée Saint-Nicolas, construit en 1910, avait existé à l'époque, est à l'origine de l'appellation "coin du Sodium" ou "trou du Sodium" désignant l'anse Saint-Nicolas. Le trafic de l' "huile de roche", importée presque exclusivement d'Amérique, s'échelonna aux Sables-d'Olonne de 1886 à 1909.

- Cité par Roland Mornet dans "Les naufrages de Vendée", p. 47-70 (Arch. dép. Vendée, BIB B 5334). 

- Cité dans le "Journal des Sables", 10 et 17 décembre 1893 (Arch. dép. Vendée, 4 Num 41, 1893, vues 76 et 78).     

Publié le 7 février 2017

Le 23 décembre 1905

Dans la nuit du 22 au 23 décembre, une violente tempête provoqua le naufrage du cargo à vapeur norvégien de 100 tonneaux "Martha" au Pont-d'Yeu près de La Barre-de-Monts. On peut encore apercevoir aujourd'hui par basse mer des débris de ce navire.

Cité par Alexis et Monique Bétus, dans " Le marais breton", tome II, page 61 (Arch. dép. Vendée, BIB B 1036/1-2

Publié le 22 novembre 2011

Le 20 février 1907

Dans la nuit du mardi au mercredi 20 février, un dundee d'Auray, le Saint-Joseph, venant du port des Sables avec sept hommes à bord est en détresse. Le vapeur de l'île d'Yeu qui venait de Fromentine avec le capitaine Farou leur portera secours et sauvera les sept hommes d'équipage. Le dundee ira se briser sur les récifs du Pont-d'Yeu.

- Cité dans le Bulletin paroissial numérisé de Noirmoutier-en-l'Ile, 1907, vues 28-29.  

Publié le 10 février 2014 par Gabriel Soulard

Le 26 janvier 1917

Le canot de sauvetage "Paul Tourreil" de l'île d'Yeu quitte Port Joinville pour secourir les naufragés du cargo norvégien l' "Ymer", coulé par un sous-marin allemand. Après avoir secouru des naufragés, le canot de sauvetage pris dans la tempête dérive vers le nord pour s'échouer deux jours plus tard en Bretagne, au sud de Concarneau. Le royaume de Norvège rendit hommage aux sauveteurs dont certains périr, en faisant élever un monument, place de la Norvège, à Port-Joinville. Ce dernier a été inauguré le 5 juillet 1922.

- Dossier sur les naufrages, 1820-1931 (Arch. dép. Vendée, 1 M 558) 

- Cité dans " Fortunes de mer : histoires de naufrages au large des côtes vendéennes", pages 142-147 (Arch. dép. Vendée, BIB C 784

Publié le 22 novembre 2011

Retour en haut de page