Éphéméride - Artistes, écrivains, scientifiques

Proposer un fait daté

C'est arrivé

Le 31 mai 1483

Borne située à côté du buste de Garcie Ferrande, à Saint-Gilles-Croix-de-Vie 

Dédicace du "Grant routtier et pillotage et encrage de la mer" de Pierre Garcie dit Ferrande, par l'auteur à son filleul, quelques jours après la publication de l'ouvrage. Marin et cartographe, Pierre Garcie Ferrande (Saint-Gilles-sur-Vie : 1430-1520) est considéré comme le premier hydrographe français.

Cité dans "Les Vendéens et la mer : de la grande pêche au Vendée Globe", p. 225-240 (Arch. dép. Vendée, BIB B 3791

Publié le 24 novembre 2011

Le 4 février 1543
Portrait de Tiraqueau

André Tiraqueau 

Privilège du roi François Ier, accordant à Jacques Keruer et Oudin, imprimeurs parisiens, l'exclusivité de l'impression du livre "De utroque retractu…", d'André Tiraqueau. Né vers 1480 (1488 d'après son acte de mariage) à Fontenay-le-Comte, le jurisconsulte Tiraqueau est l'une des grandes figures du Fontenay humaniste de la Renaissance. Dès leur parution, ses ouvrages de droit connurent un grand succès et ont longtemps fait autorité.

- Cité dans "Andreae Tiraquelli Regii in parisiensi curia senatoris commentarii, de utroque retractu…", édition originale de 1543 (Arch. dép. Vendée, BIB RES 750

- Famille Tiraqueau (Arch. dép. Vendée, E Dépôt 92  2 II 8

Publié le 22 novembre 2011

Le 16 février 1608

Nicolas Rapin (176 J 20) 

Décès de Nicolas Rapin à Poitiers (Vienne). Né en 1539 à Fontenay-le-Comte, à la fois homme politique, militaire et écrivain, Rapin fait partie de l'élite intellectuelle de Fontenay, qui représente à l'époque un important foyer humaniste. Il participe à la rédaction de la "Satyre Ménippée", célèbre pamphlet politique en faveur d'Henri IV, publié en 1594.

- Cité par Jean Brunel dans "Un Poitevin poète, humaniste et soldat à l'époque des guerres de religion, Nicolas Rapin (1539-1608)" (Arch. dép. Vendée, BIB B 2334/1-2

- "Satyre Ménippée de la vertu du catholicon d'Espagne et de la tenue des estats de Paris" (Arch. dép. Vendée, BIB 5 G 123/1-2

Publié le 22 novembre 2011

Le 17 mars 1681

Naissance à la métairie de la Crépelière, à Chavagnes-en-Paillers, de Jacques Bousseau, baptisé le lendemain, 18 mars. Fils de Jacques et de Marie Dronneau, il était doué dès son plus jeune âge pour transformer des bûchettes de bois en statuettes, personnages et animaux. Le curé de Chavagnes reconnaissant un don chez cet enfant en parla à Henri de Barillon, évêque de Luçon, qui le prit sous sa protection et l'envoya à Paris pour étudier. Il eut pour maître le plus grand sculpteur de l'époque, Nicolas Coustou. Il étudia aussi à Rome. Il fut reçu à l'Académie royale de peinture et de sculpture à Paris, et devint le sculpteur du roi de France, Louis XV, et du roi d'Espagne, Philippe V (petit-fils de Louis XIV).

- Registres paroissiaux numérisés de Chavagnes-en-Paillers (1668-1683,  vue 67/109). 

- Cité par Marie-Elisabeth Loiseau dans "Des jardins de Versailles à ceux de La Granja : parcours prestigieux d'un sculpteur vendéen au XVIIIe siècle, Jacques Bousseau" publié dans "Vendée côté jardin", p. 311-316 (BIB C 886). 

- Voir aussi l'éphéméride du 22 mai 1719

Publié le 19 février 2014 par Elisabeth Marquet

Le 25 mars 1754

Naissance au château de la Vérie, à Challans, de Marie Charlotte Pauline Robert de la Salle Lézardière, connue sous le nom de Pauline de Lézardière.
A 17 ans, persuadée que les malheurs de la France tenaient à l'ignorance, l'abandon ou la violation des lois constitutives, elle conçut le projet de les étudier. Le baron Robert de la Salle, son père, ancien capitaine au régiment du Dauphin-Cavalerie, homme éclairé et instruit, corrige et communique à Louis XVI en 1774 son premier texte "Le tableau des droits réels et respectifs du Monarque et des Sujets". En 1778, il apporte à Versailles l' "Essay sur le rétablissement possible de quelques points essentiels à la constitution politique de la France" et en 1791 commence à paraître, sous la surveillance de Malesherbes, sa "Théorie des lois politiques de la monarchie française". Mais la monarchie s'écroule. Marie Charlotte émigre avec sa famille pendant la Terreur et ne rentre en Vendée qu'en 1801. Seront alors publiés les huit volumes de cette Théorie, fruit de vingt années de recherche. Elle meurt à 81 ans, le 8 février 1835, au château de la Proustière, au Poiroux.

- État civil numérisé de Challans, BMS, 1751-1758, vue 91 et du Poiroux, NMD, 1829-1843, vue 132

- Cité par Brigitte Carmaux "Melle de Lézardière : une certaine idée de la monarchie française" dans les "Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest", vol. 102, 1995, p. 67-74 (Arch. dép. Vendée, BIB PB 489/15). 

- "Écrits inédits de Mlle de Lézardière..." éditions par É. Carcassonne (Arch. dép. Vendée, BIB 1827). 

Publié le 23 janvier 2015 par Elisabeth Marquet

Retour en haut de page