Éphéméride

Proposer un fait daté

C'est arrivé

Le 20 novembre 1729

Le "Saint-Louis", bâtiment de 250 tonneaux, est échoué volontairement par son équipage au pont d’Yeu, à Notre-Dame-de-Monts. Sa cargaison de marchandises précieuses, estimée à environ 620.000 livres tournois, est pillée par l’équipage et des habitants de la côte, qui profitent de l’aubaine, tout comme… les représentants de l’autorité royale (amirauté des Sables).

Cité par Bernard de Maisonneuve dans "Fortunes de mer : histoires de naufrages au large des côtes vendéennes", pages 154-161 (Arch. dép. Vendée, BIB C 784

Publié le 23 novembre 2011

Le 12 août 1779

Début d'une épidémie de dysenterie à Notre-Dame-de-Monts ; 278 décès sont enregistrés jusqu'à la fin de l'année.

Registres paroissiaux numérisés de Notre-Dame-de-Monts, 1773-1785, vue 151

Publié le 25 novembre 2011

Le 2 juillet 1862

Le photographe Auguste Burgaud déclare, dans la publicité qu'il passe dans le journal "La tablette des Deux Charentes", qu'il fut "l'élève des meilleurs photographes de Paris". Né le 14 septembre 1836 à Notre-Dame-de-Monts, sourd de naissance, très tôt orphelin, il est éduqué à l'école des sourds-muets de Nantes, dirigée alors par les Frères de Saint-Gabriel. Avant son installation en Charente-Maritime en 1862, il tient un salon photographique à La Roche-sur-Yon, rue de Bordeaux (aujourd'hui rue du Maréchal Joffre) avec son associé Alexandre Roinard. Il deviendra un photographe renommé en Vendée, Charente-Maritime et Loire-Atlantique.

Cité par René Legal dans "Auguste Burgaud, photographe sourd sous le Second Empire (1836-1895)" (Arch. dép. Vendée, BIB B 4736/9) 

Publié le 16 mars 2017

Le 31 décembre 1936

127 bénévoles, répondant à l'appel de leur curé lancé la nuit de Noël, accourent avec 69 charrettes pour la construction de l'école libre de garçons de Notre-Dame-de-Monts.

Bulletin paroissial de Notre-Dame-de-Monts (Arch. dép. Vendée, janvier 1937, vues 3-4

Publié le 22 novembre 2011

Le 14 mai 1944

Salon de l'hôtellerie Notre-Dame avant-guerre (20 Fi 164/3) 

L' "hostellerie Notre-Dame" située à Notre-Dame-de-Monts est totalement détruite, dynamitée par les forces d'occupation "pour l'édification du mur de l'Atlantique". Cet établissement qui avait été réquisitionné en 1940 par l'armée allemande, se trouvait dans la "zone d'exclusion Atlantique". Comme des milliers de Français, sa propriétaire, Jeanne Thibaud, s'engage en 1945 dans une longue procédure administrative pour le remboursement de son bien, considéré comme "dommage de guerre". Elle obtient satisfaction seulement en 1952.

Fonds des dommages de guerre (Seconde Guerre mondiale) 

Publié le 17 mars 2017

Retour en haut de page