Grande Collecte 1914-1918

Fonds publiés en septembre 2015

La mise en ligne des documents prêtés à l’occasion de la  grande collecte 14-18 se poursuit avec la publication de quatre nouveaux fonds, deux correspondances familiales et des journaux de guerre. 

A travers ces écrits sont retracés quatre parcours de soldats assez atypiques au sein de l'armée française : un vaguemestre délégué au service postal, messager silencieux du grand traumatisme de la guerre, deux brancardiers, et un jeune sergent-fourrier occupé à l’intendance de sa compagnie, qui s'emploie à améliorer le quotidien si difficile de ses compagnons d’infortune. On suivra aussi le quotidien de trois combattants originaires de La Chapelle-Hermier, deux frères et leur cousin. Ce sont là d’émouvants témoignages d'hommes dont quatre d’entre eux ne reviendront malheureusement pas…  

Consulter les quatre nouveaux fonds mis en ligne  

 

 ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦ ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦ 

 

Fonds publié en mars 2015

Portrait de Michel Pasquier 

Dis, quand reviendras-tu ? un Chambretaudais dans les tranchées

Michel Pasquier (FLC, cl. 1905, n°1414), agriculteur au Tourny de Chambretaud, est mobilisé dès les premiers jours d’août 1914. Marié depuis seulement 3 mois, il entretient tout au long de la guerre une correspondance assidue avec son épouse Léonie Baron. D’août 1914 à février 1919, ce sont 1090 lettres et cartes postales échangées entre les époux qui ont été conservées et qui sont présentées dans l’inventaire des  Papiers Pasquier

 

♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦ ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦ 

     

  

Fonds publiés en décembre 2014 

Carton du Conseil de révision portant le numéro 101 sous lequel a été inscrit Eugène Rabaud, 190 lettres écrites à ses parents, frères et sœurs sont publiées en ligne. 

Durant la Grande guerre, beaucoup de poilus ont entretenu une correspondance avec leurs proches. Qu'elle soit massive ou ténue, elle constitue chaque fois un témoignage unique. Les tempéraments se révèlent au fil des lignes ; même les plus aguerris vacillent au fond des tranchées. C'est l'occasion pour le soldat de décrire son quotidien au combat, même à demi-mots, ses souffrances, ses craintes, ou sa condition de prisonnier. Le jeune homme comme le chargé de famille s'enquiert de la vie à l'arrière, tour à tour promesse de soutien et annonce de changement profond. 

C'est le parcours de combattants au destin parfois tragique que vous invitent à découvrir les Archives de la Vendée avec la publication de 6 nouveaux inventaires.   

A ce jour, grâce aux nombreux documents prêtés par les Vendéens lors de la Grande Collecte 14-18, plus 3 000 lettres de soldats, 500 photographies ou plaques de verre, 1 700 cartes postales illustrées et 16 carnets de guerre ont pu être mis en ligne. Mise en valeur et publications se poursuivent à un rythme que scandent nos actualités. 

Voici six nouveaux exemples désormais disponibles en ligne.

  

 ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦ ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦ 

  

Fonds publiés en mai 2014 

Collecte 14-18 : parmi les fonds désormais en ligne, les carnets d'Alfred Bonnaud originaire de Vix (à gauche sur la photo, 1 Num 393/6) 

Dès les premiers jours du conflit, les couples, familles et amis sont séparés, et souvent pour la première fois. Ces séparations et éloignements durables sont à l’origine de l’échange quotidien de milliers de lettres et cartes postales entre le front et l’arrière. Mais il n’est pas toujours possible de partager les difficultés du quotidien, la peur et les espoirs car la censure guette, le soldat préfère alors les confier à l'intimité d'un carnet qu'il remplit consciencieusement. 

  

Les papiers de famille récemment prêtés aux Archives de la Vendée à l’occasion de l’opération nationale de Collecte 14-18 offrent de remarquables exemples de ces témoignages écrits. Les uns permettent une approche événementielle du conflit, les autres de s’imprégner des mentalités.   

En voici trois exemples désormais disponibles en ligne.

  

 ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦ ♦  ♦  ♦  ♦  ♦  ♦ 

   

Bilan d'étape (janvier 2014)

  

L’accueil des contributeurs 

Les Archives de la Vendée ont dédié deux journées, les 15 et 16 novembre derniers, à la Grande Collecte 1914-1918. Ces portes ouvertes ont permis d’accueillir 151 détenteurs d’archives, d’imprimés ou de photographies de la Grande Guerre. S’y sont ajoutés depuis de nouveaux apports ou propositions.

  

Deux mois après, voici un premier bilan d’une opération d’envergure internationale à laquelle les Vendéens ont répondu présents. Leur participation s’avère l’une des deux plus fortes de toute la France. Les Archives départementales de la Vendée les remercient vivement pour leur concours et leur confiance. 

  

Les entretiens individuels avec le personnel des Archives 

  

C’est dans le souci de perpétuer la mémoire familiale que les contributeurs ont participé à ces journées, en prêtant parfois très peu de choses, mais en comptant sur les Archives pour qu’un traitement numérique porte à la connaissance du plus grand nombre ces souvenirs du conflit. 

  

  

  

  

  

      

Que trouve-t-on dans cette collecte ?

Carte postale humoristique ( 1Num1/87-22

Des archives :

La majorité des apports contiennent de la correspondance, parfois seulement quelques courriers, religieusement gardés dans leur enveloppe d’origine, ou bien plusieurs centaines de lettres échangées entre le combattant et sa famille pendant les quatre années de guerre. 

La carte postale est également beaucoup utilisée par le soldat, qu’il soit pris par le temps pour donner de longues nouvelles ou peu habitué à communiquer par écrit avec ses proches. L’illustration que celle-ci véhicule est très évocatrice ; elle est tour à tour patriotique, sentimentale, satirique ou didactique mais jamais anodine. 

Quelques journaux ou carnets de guerre complètent les prêts, ainsi que des diplômes rapportant la teneur des citations militaires. 

Tous ces documents révèlent le quotidien du combattant ; s’y expriment la souffrance, les joies éphémères de rencontrer des « pays », la foi, la peur. Le temps qui s’écoule, interminable, dans les tranchées, la dureté des combats, tout est dit, ou, au contraire, seulement suggéré pour rassurer les proches. 

  

Des objets :

Les médailles et insignes militaires sont précieusement gardés et ont été présentés en nombre. 

  

L’artisanat des tranchées, essentiellement réalisé avec des matériaux de récupération, illustre aussi bien les fonctions des soldats (trousse d’infirmier), le quotidien (briquets) que ce qui occupait le plus leur esprit, la mort si proche, la séparation des êtres aimés à qui sont destinés ces objets (croix, bagues ou ronds de serviettes pour les enfants, motifs sculptés…). 

Ont été mis au rang des objets, les casques, les uniformes et les armes bien entendu, mais aussi les quelques carnets vierges ou enveloppes pleines de feuilles blanches, souvent perforés, que le soldat portait dans la poche intérieure de son veston en guise de pare-balle ultime. 

  

Des témoignages :

Plusieurs enregistrements d’anciens combattants, interrogés sur ces difficiles moments de leur vie, nous ont été remis. Ils sont en cours d’examen. 

  

Des photographies :

Les portraits de soldats ne sont pas rares, pris en permission ou en situation. Les plaques de verre dont l’identification a commencé (3 sur 5 des ensembles prêtés) livrent des scènes du front mais ne sont pas révélatrices d’un parcours singulier. Des albums de clichés, pour l’instant juste parcourus, semblent en revanche plus personnels. 

Où en est-on du traitement ?

La description de chaque élément est faite avec soin et réclame parfois de longues recherches, sur le contexte, ou plus simplement sur les auteurs des lettres qui peuvent s’avérer tout autres que ceux désignés par la tradition familiale. Se mêlent en effet les mots envoyés par les frères, les cousins, les amis, tous mobilisés, chacun ayant à cœur de rassurer famille, proches ou relations et d’obtenir ainsi une marque de réconfort par retour de courrier. 

A ce jour, 53 prêts sont traités ou en cours de traitement ; 21 apparaissent désormais en ligne et portent la mention « Collecte 14-18 ». On y accède par différents inventaires et bases de données. 

Les correspondances et journaux de guerre, analysés avec précision, sont consultables dans l’ inventaire des pièces isolées

Première page du journal de Vincent Touzeau, soldat au 123e R.I. ( 1Num1/84

Les cartes postales ont été décrites dans un catalogue particulier. Dommages de guerre, forces en présence mais aussi propagande ou sentiment national, tous ces sujets font l’objet d’une mise en image très étudiée. On y découvre aussi la guerre à l’arrière et notamment à Luçon, où l’hôpital ainsi que l’institution Richelieu, transformée en hôpital militaire temporaire, reçoivent les soldats blessés des troupes régulières et coloniales. 

La numérisation des versos des cartes postales, quasi systématique, apporte précisions pour les cartophiles et les historiens tout en sortant de l’oubli des courriers de soldats malheureusement non identifiés. 

Soldats blessés soignés à Luçon ( 1Num1/87-2

Les photographies isolées sont réunies dans le catalogue des Dessins, estampes et photographies isolés. Des fonds spécifiques (celui des brancardiers du 12e R.I.) font déjà l’objet d’inventaires distincts. 

Les combattants vendéens ont dorénavant leur dictionnaire biographique. Déjà plusieurs d’entre eux bénéficient d’une fiche, illustrée de portraits ou d’objets qui leur étaient propres. Ce dictionnaire, appelé à être enrichi des contributions de tous, présentera bientôt la totalité des soldats du département ayant combattu lors de la Grande Guerre. 

Numérisation des documents en présence des contributeurs les 15 et 16 novembre derniers 

Pour finir, un choix de cette collecte est publié sur la base Europeana 1914-1918

 

Une collecte de longue haleine

Depuis ces journées portes ouvertes, un grand nombre de personnes se sont manifestées. 50 nouveaux ensembles nous ont été apportés tandis que près de 150 futurs contributeurs sont encore sur liste d’attente. L’opération « Grande Collecte » est donc loin d’être achevée ! 

Retour en haut de page