Les Filles de la Sagesse : une congrégation de femmes en Vendée

Soins apportés aux malades par les Sœurs de la clinique du docteur Delay, Bayonne, XXe siècle (FDLS 8 Fi 4, vue 5) 

Depuis 2015, dans le cadre d’un partenariat scientifique conclu entre le Département de la Vendée et la congrégation des Filles de la Sagesse, les Archives départementales sont chargées de la gestion et de la mise en valeur des archives historiques conservées au sein de la Maison-Mère de la Congrégation à Saint-Laurent-sur-Sèvre. 

Trois inventaires permettant de retracer l’histoire et les activités de la Congrégation sont d’ores et déjà en ligne :  

En complément de ces inventaires, les Archives de la Vendée vous proposent de découvrir en quelques chapitres, des épisodes marquant l’histoire, l’organisation et les actions de la Congrégation. 

  

Chapitre II. Les Filles de la Sagesse écrivent leur histoire

Dès le XVIIIe siècle, les Filles de la Sagesse, sœurs hospitalières et enseignantes, ont eu à cœur de retracer l’histoire de leur Congrégation, de présenter son évolution et son action par le biais de chroniques ou par la publication de travaux historiques. En voici une rapide présentation. 

  

Les chroniques de Sœur Florence (1750-1761)

Sœur Florence, née Marie Anne Ladoux, est contemporaine de la fondatrice de la Congrégation. Entrée au noviciat à Saint-Laurent-sur-Sèvre en 1739, elle fait sa première profession le 9 mars 1740. Tout d’abord affectée à l’hôpital général de Niort, elle devient, en 1748 ou 1749, assistante de Marie-Louise de Jésus et reste à ses côtés jusqu’à son décès en 1759. Puis, elle seconde la deuxième supérieure des Filles de la Sagesse, Sœur Anastasie. En 1766, elle est envoyée à Vannes et prend la direction de l’hôpital nouvellement fondé où elle décède en 1779. 

Elle entreprend son travail de chroniqueuse, probablement dès 1759. Ses chroniques couvrent l’histoire de la Congrégation de 1750 à 1761, alors qu’elle est proche de la Supérieure générale. 

Le manuscrit original a disparu ; une version imprimée, publiée dans une édition commentée par le Centre international montfortain en 1967 sous le titre de Chroniques primitives de Saint-Laurent-sur-Sèvre est consultable en ligne dans une version océrisée ( FDLS FA 1000). 

  

  

  

Les chroniques de Sœur Agathange, chroniqueuse « officielle » de la Congrégation

Page de titre du 2e volume des chroniques de Soeur Agathange (FDLS FA 2) 

Caroline Nogues, en religion Sœur Agathange, est née à Lorient le 5 septembre 1791. 

Elle passe trois ans au service de la prison du Mont Saint-Michel, puis devient successivement seconde maîtresse au noviciat à Saint-Laurent-sur-Sèvre (1821-1831), supérieure de l'hôpital de Pontorson (1832-1839), première maîtresse des novices à Saint-Laurent-sur-Sèvre (1839-1848), enfin, supérieure de la maison d'éducation de Rennes (1848-1851). De retour à Saint-Laurent en 1851, elle se voit confier la tâche d'écrire les chroniques de la Congrégation ; elle poursuit son travail jusqu’à la veille de son décès en 1873 (dossier personnel conservé sous la cote FDLS J 3-1). 

Ses chroniques en 12 volumes manuscrits ont été numérisées ( FDLS FA 1-FA 12). Elles couvrent l’histoire de la Congrégation « depuis l’année 1701, époque de la fondation, jusqu’à nos jours (31 décembre 1866) ». 

  

  

Chroniques et Révolution, une histoire recomposée

Les chroniques de Sœur Agathange sont particulièrement utiles pour trouver des renseignements sur l’action des Filles de la Sagesse sous l’Ancien Régime et pendant la période révolutionnaire, peu de documents originaux de ces époques étant conservés. Les recherches de Sœur Agathange regorgent d’anecdotes qui redonnent vie au quotidien des sœurs durant les heures difficiles de la Révolution. 

Ainsi, des années 1790 à 1800, la communauté de Brest devient-elle le refuge et le « chef-lieu » de la Congrégation. Desservant déjà l’hôpital de Brest depuis 1777, les religieuses gèrent les fournitures de l’hôpital de la Marine à partir de 1784. Le 23 octobre 1789, elles « acceptent » également de se charger des soins et des remèdes. 

Pourtant, dès 1790, ces dernières subissent les premières persécutions liées à la Révolution et à l’opposition de la population : fouilles de leurs appartements, incendies volontaires, etc. Les pharmaciens de la ville les accusent de ne pas disposer des qualités requises pour exercer leur profession et « quelques individus de Brest » réclament le gouvernement de l’hôpital ( FDLS FA 2, vol. 2, p. 623-658). Les religieuses se révèlent toutefois irremplaçables et peuvent se maintenir ; elles iront même jusqu’à cacher le père Duchesne, Supérieur général des Montfortains, contraint de se travestir en portant leur costume et plusieurs noms d’emprunt (Sœur Saint-Lazare puis, Sœur Saint-Méen). 

Consentant à dissimuler leurs insignes religieux et à changer de costume (17 septembre 1792), elles refusent de prêter serment puisque la loi ne les y contraint pas (FDLS FA 2, vol. 2, p. 694). En 1794, le Comité révolutionnaire s’installe dans l’hôpital de Brest et les condamnés à mort sont menés au supplice dans la charrette qu’elles utilisent pour l’hôpital (FDLS FA 2, vol. 2, p. 806). 

Ces quelques faits marquants montrent tout l’intérêt des chroniques qui sont des sources précieuses pour témoigner des relations développées entre les supérieurs de la Congrégation et les autorités civiles ou religieuses. 

  

Proches des instances de la Congrégation, Sœur Florence et Sœur Agathange ont été des témoins privilégiés de son évolution. Elles laissent une source incontournable pour retracer l’histoire de l’institut.

D’autres sœurs, restées anonymes ont poursuivi leur tâche.

En tout, 20 volumes de chroniques, de 1701 à 1913, peuvent être consultés dans l’inventaire : Congrégation des Filles de la Sagesse – Administration, membres de la congrégation et historique des établissements tenus par les sœurs. Une présentation (pour les trois premiers) et des tables des matières pour les suivants (interrogeables en plein texte) facilitent la recherche. 

  

> Consultez la suite du chapitre II consacré à deux figures de Sœurs, archivistes et historiennes 

> Retrouvez le chapitre IDe la naissance à la reconnaissance officielle : les actes fondateurs de la Congrégation 

Date de publication : 17 mars 2022

Retour en haut de page