Guerre de Vendée : de nouvelles sources numérisées

Louis Prosper Lofficial (329 J 7) 

Acte II : Pacifier la Vendée : mission impossible 

Depuis juin 1793, le régime en place oppose à toutes velléités de rébellion une réponse unique : la Terreur. Dans la Vendée insurgée, la répression est féroce. Si quelques voix appellent à l’amnistie pour favoriser la pacification, elles peinent à se faire entendre aux plus hauts sommets de l’État. La Réaction thermidorienne (juillet 1794) ouvre la voie à une nouvelle politique… 

Le 12 frimaire an III (2 décembre 1794), la Convention nationale publie un décret d’amnistie pour les rebelles de la Vendée et les chouans. Des représentants du peuple sont envoyés en mission en Bretagne et dans les départements de l’Ouest pour en assurer l’exécution. Parmi ces derniers, Louis Prosper Lofficial

  

Pourquoi Louis Prosper Lofficial ?

Louis Prosper Lofficial est né en 1751 dans les Mauges à Montigné (Maine-et-Loire). Nommé sénéchal de la Regrippière (Loire-Atlantique) à la suite de son père en 1783, sa probité et ses talents lui valent dès 1786 le poste de bailli et lieutenant général du bailliage de Vouvant séant à La Châtaigneraie. En 1789, il représente le Tiers-État pour la sénéchaussée de Poitou aux États généraux et travaille à la réforme de l’administration judiciaire. En 1790, il est élu juge du district de Parthenay (Deux-Sèvres) avant que ce département ne l’élise à la Convention nationale où il rejoint le camp des modérés. S’il se tient à l’écart des affaires pendant la Terreur, la chute de Robespierre lui permet de reprendre un rôle actif dans la politique. 

Chapeau de Louis Prosper Lofficial (316 J 89) 

Il attire alors l’attention de ses collègues sur la situation affreuse de la Vendée. Il est lui-même très affecté par la guerre de Vendée : ses biens, tous situés dans ce bocage rebelle, ont été pillés et incendiés, des proches ont été massacrés. Il se fait le relais des hommes sur le terrain, dénonçant « l’immoralité et la mauvaise conduite des généraux employés dans la Vendée et les horreurs qu’ils y ont commises » ( 316 J 19). Il accuse ainsi Carrier d’avoir sciemment outrepassé les ordres de la Convention nationale et commis des atrocités en son nom. Des pétitions d’anciens prisonniers républicains l’appellent aussi à intervenir en faveur de la veuve Bonchamps, condamnée à mort sous la Terreur ( 316 J 20). 

Modéré, Lofficial connait bien la Vendée insurgée et y possède un solide réseau, ce qui en fait un homme idéal pour cette mission de pacification. 

  

Sa mission

Portrait de Charette ( BIB D 130

Le 18 brumaire an III, il quitte Paris pour les départements de l’Ouest. La tâche s’annonce difficile. Les représentants du peuple envoyés en mission retrouvent quatre représentants déjà sur place et tous n’ont pas la même appréciation de la situation et les mêmes solutions à proposer. Quant aux insurgés, même si la lassitude gagne les rangs, ils sont galvanisés par leurs chefs, Charette, Stofflet et Sapinaud. 

Lofficial s’attache d’abord, avec ses collègues, à assurer l’approvisionnement de la région, tant pour les troupes républicaines que pour les populations civiles. 

Fidèle à son idée de rendre les troupes républicaines irréprochables, il sanctionne les abus commis au nom de la République : il demande à l’administration de Machecoul (Loire-Atlantique) de rendre des comptes sur la mort de plusieurs habitants, au général Grignon de s’expliquer sur un massacre à Cerizay (Deux-Sèvres)…   

Grâce à des intermédiaires, il entame immédiatement des négociations avec le général Charette. En février, une conférence est organisée près de Nantes : les négociations, menées par Charette, aboutissent au traité de la Jaunaie. Stofflet, invité tardivement, est placé devant le fait accompli et se voit refuser toute nouvelle négociation. De son côté, Gaudin, représentant du peuple envoyé aux Sables-d’Olonne pour réprimer les brigands, appelle à la vigilance sur une possible duperie des royalistes. 

Dès la signature de ce traité, chacun craint d’avoir été dupe de l’adversaire. 

   

Ses archives personnelles de la mission

La publication de l’inventaire des Papiers Lofficial (316 J) est l’occasion de découvrir des sources méconnues sur cette négociation du traité de paix de la Jaunaie et ses suites. Lofficial a en effet conservé nombre de documents et de copies relatifs à cette mission. 

En-tête de la loi du 12 frimaire an III ( 316 J 21

Le journal qu’il a tenu au cours de cette mission est connu depuis l’édition qu’en a faite son descendant Charles Leroux-Cesbron en 1896. Retrouvez désormais les cahiers originaux ( 316 J 23) tenus par Lofficial, raturés et corrigés… Lofficial a également conservé des registres des arrêtés des représentants du peuple ( 316 J 25 et 316 J 28) et de leur correspondance ( 316 J 26). Des correspondances échangées tant avec les autorités républicaines qu’avec les chefs vendéens permettent de mieux comprendre comment l’opposition de Stofflet à un traité qu’il n’a pas négocié a sapé le travail de pacification. Comment Charette, d’abord prêt à affronter Stofflet, a finalement renié ses engagements.  

Quand Lofficial rentre à Paris, sur ordre de la Convention nationale, il est lucide sur la situation : son manuscrit intitulé « Mémoire de la Vendée » en atteste. Il affirme que la population, assurée de sa tranquillité et protégée par les troupes républicaines restera sourde aux appels à la sédition. Il craint les brigands étrangers au pays qui, profitant des troubles, pourraient affluer dans la région pour piller et s’enrichir… 

Retrouvez dans l’inventaire des Papiers Lofficial (316 J) sur le site des Archives de la Vendée :

- les papiers de la mission de Louis Prosper Lofficial dans les départements de l’Ouest

- la correspondance envoyée à sa femme depuis Versailles de juillet à octobre 1789

- les papiers de Jacques Lofficial, son fils, préfet par intérim de Baugé (Maine-et-Loire) pendant les Cent-jours

- les travaux historiques de Charles Leroux-Cesbron, leur descendant

- …

➔ Retrouvez également l'acte I (27 avril 2022) : Victoire, Prosper et les Mémoires de la marquise  

Date de publication : 06 juillet 2022

Retour en haut de page